To Take Nature - La Nature sous toutes ses formes

Le trachyte du Puy de Dôme

Le trachyte du Puy de Dôme est une roche volcanique différenciée issue de la solidification d’une lave visqueuse basique. La viscosité de cette dernière empêche l’écoulement et génère des édifices en dômes ou en aiguilles, tel observé chez le volcan du Puy de Dôme.

Figure 1. Trachyte du Puy de Dôme (Chaîne des Puys, Massif Central) (crédit photo : E. Force, collection personnelle).

Figure 1. Trachyte du Puy de Dôme (Chaîne des Puys, Massif Central) (crédit photo : E. Force, collection personnelle).

Le trachyte est une roche magmatique volcanique leucocrate de couleur blanchâtre à grisâtre (fig. 1). De plus, on observe des phénocristaux blancs, dispersés dans une pâte non cristallisée en apparence, aussi appelée mésostase. De ce fait, le trachyte a une texture microlithique. Aussi, ces phénocristaux blancs déterminent une texture porphyrique.

Figure 2. Photographie légendée du trachyte du Puy de Dôme (Chaîne des Puys, Massif Central) (crédit photo : E. Force, collection personnelle).

Figure 2. Photographie légendée du trachyte du Puy de Dôme (Chaîne des Puys, Massif Central) (crédit photo : E. Force, collection personnelle).

Suite à une observation plus précise, les phénocristaux blancs présentent souvent une mâcle de type Carlsbad (fig. 2). Il s’agit de feldspaths potassiques et plus précisément de sanidine : forme de haute température des feldspaths alcalins. Sur cet échantillon, nous pouvons aussi constater la présence de cristaux noirs, brillants, généralement de forme hexagonale et de faible dureté. Ces cristaux sont des biotites (fig. 2).

Figure 3. Trachyte en LPNA (crédit photo : E. Force & D. Mollex, collection ENS de Lyon).

Figure 3. Trachyte en LPNA (crédit photo : E. Force & D. Mollex, collection ENS de Lyon).

Figure 4. Trachyte en LPA (crédit photo : E. Force & D. Mollex, collection ENS de Lyon).

Figure 4. Trachyte en LPA (crédit photo : E. Force & D. Mollex, collection ENS de Lyon).

En lame mince (fig. 3 et 4), le trachyte est constitué de très nombreux microlites de sanidine, laissant peu de place au verre. Ceci est caractéristique d’une texture dite trachytique. Aussi, ces microlithes sont orientés : l’orientation traduit le sens d’écoulement du magma lors de sa mise en place et de sa solidification. Puis, ces microlithes, tout comme les phénocristaux de sanidine, montrent des associations de deux cristaux. Il s’agit des mâcles de Carlsbad. Quelques minéraux plus sombres peuvent être présents : les biotites et amphiboles. Enfin, la mésostase peut contenir de très petits cristaux de quartz selon les trachytes.

 

 

Le trachyte du Puy de Dôme est une roche dite intermédiaire. Elle se compose d’un taux de silice (SiO2) compris entre 52 et 66%. Aussi, cette roche est souvent riche en alcalins. Cela est confirmé par sa composition minéralogique comprenant en grande quantité des feldspaths alcalins de type sanidine. Puis, le trachyte du Puy de Dôme renferme du fer et du magnésium, en faible quantité, et contenus dans les biotites.

 

 

Sitographie

 

Carron J.-P. et al.. Trachytes et syénites. In Encyclopædia Universalis [en ligne]. Encyclopædia Universalis, [consulté le 17 août 2020]. Disponibilité et accès sur : http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/trachytes-et-syenites/

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :